Le SiteLe Site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Clerks I & II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dressler
Mouchard
Mouchard


Masculin Nombre de messages : 19
Localisation : Maybe Hell, maybe Heaven
Date d'inscription : 03/06/2007

MessageSujet: Clerks I & II   Mar 12 Juin 2007 - 23:57

Films assez atypiques qui se démarquent des productions qui nous arrivent réguliérement de chez nos voisins outre-atlantique. Ici pas de film à gros budget, avec des milliers d'effets spéciaux, des combats tournés au ralentis ou autre décors tournés sur fond vert (ou bleu) mais plutôt un truc bon enfant, voire bon copain. Les deux sont réalisé (et écrits) par un dénommé Rick Smith (qui soit dit en passant joue un (petit) rôle récurrent dans les deux films.
Clerks I et II, ce sont deux films qui se suivent. On retrouve les personnages du 1 dans le 2, simplement plus vieux quoi.
Je dirai que la que première qualité de ses films est l'humour. Le I comme le II sont remplis de dialogues savoureux, de blagues souvent drôles et pas toujours très fines, mais bon le niveau en dessous de la ceinture ne m'a jamais fait peur, bien au contraire (avis à ceux qui n'apprécient pas donc), voilà au moins j'aurai pris mes précautions.
Le premier volet nous fait suivre deux employés de petits commerces situés à proximité l'un de l'autre, une épicerie et un vidéoclub. Les deux employés, Dante et Randal, se connaissent depuis le collège, ils ont effectué une partie de leur scolarité ensemble et sont devenus de très bons amis et si Dante est un employé modèle se faisant exploité par son employeur, et même ses client, Randal est quand à lui son sricte opposé, le pire des glandeurs, n'ayant aucun respect pour ses clients et les envoyant magistralement c***r, tout en squattant la plus part du temps dans la boutique de son pote. Au cours de la journée, durée sur laquelle s'étend le film à bon nombre de scènes totalment loufoques et déjantées, on aura droit, par exemple à une partie de hockey sur le toit de l'épicerie, à un conseiller d'orientation complètement psychotique, à un vieux très très pervers. Et si à première vue ça a l'air assez pipi, caca, (ce qui constitue une part importante du film reconnaissons le), un espèce de gros trip teinté de misogynie latente pour jeunes hommes pas encore sortis de l'adolescence et ne pensant qu'avec leur sexe, il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. En effet, ce film se veut, par moment, plus profond, touchant et même très intime. Difficile d'exprimer ce que je veux dire. Enfin bref, c'est pas que du second premier degrè (désolé je suis un peu fatigué et sur les nerfs...).
Dans le second volet, on retrouve donc nos personnages plus agés. Le film commence par l'incendie de l'épicerie dans laquelle Dante travaillait pendant le premier épisode. Contraint par le destin de changer de voie, Dante trouve un taff dans un fast food pourri de la banlieue du New Jersey, bien sur il n'ira pas seul, il sera accompagné de son alter-ego, de son coté sombre à savoir Randal. Sa situation personnelle a quelque peu évolué. Il est sur le point de partir s'installer en Floride et de se marier avec sa copine du moment (une ancienne star de son lycée (détail qui a son importance)). Ce deuxième film s'étale sur la dernière journée de Dante avant son départ pour la Floride. On fait la connaissance de la patronne du fast food, une jolie hispanique ainsi que du seul et unique collègue de travail de Randal et Dante, un jeune homme de dix huit-ans qui embrasse sa mère sur la bouche et qui est complètement coincé. Tout au long de cette journée se succèderont des situations complètement insolites et désopilantes (le débat geekesque star war vs lord of the rings est un moment d'anthologie parmis tant d'autres). A l'image de son successeur Clerks II n'a pas pour unique vocation de faire rire bien qu'il remplisse cette part du contrat allègrement (bon c'est encore de l'humour pas super fin mais on note quand même un gain dans le degrè humoristique par moment), il transpose à l'écran une partie de la société américaine. Une espèce d'instantané sur une génération de jeunes hommes, pas vraiment adulte, pas capable de s'assumer, encore hantés par leurs rêves de gosses et qui pourtant n'ont ni le temps ni les moyens de rêver. Une certaine nostalgie se dégage de ce film malgré les scène comiques. J'ai trouvé ce film particulièrement touchant, et cette nostalgie qui s'en dégage m'ont marqué de manière indélébile.
La série des Clerks est un vrai vent frais dans un cinéma américain beaucoup trop sclérosé et obnubilé par la recherche du profit. Ce sont deux films de très belle facture pas toujours très fin mais toujours très drôles et souvent intelligents, avec des dialogues vraiment excellents. Preuve qu'avec presque rien on peut faire des films de très bonne qualité, que l'on peut toucher et divertir en même temps.
Films cultes à mes yeux tout simplement.

PS: je vous passe sous silence l'existence de Jay et Silent Bob, deux personnages récurrents de ces films, deux dealers paumés, obsédés par le ping pong, l'alcool et la drogue, ils sont géniaux.

Thèse-Anti-thèse-Synthèse. Kenpachi-sama
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Clerks I & II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Clerks I & II
» [2006] Clerks 2
» Young avengers vf : qui est quoi ?
» [1994] Clerks, Les Employés Modèles
» Clerks 2 - Supersize Edición

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Bankai-Team [ScanTrad Bleach] :: Loisirs :: Le cinéma-
Sauter vers: